Bétoires ou marnières ?

Les bétoires, bétues (boit-tout) en cauchois, sont des cavités souterraines issues d’une dégradation physique et chimique de la craie, causée par l’infiltration des eaux de pluie.

Les marnières sont des cavités résultant de l’extraction de la craie en profondeur, craie utilisée pour amender les terres de culture marnage ou comme matériau de construction.

Ainsi,  contrairement aux bétoires qui se forment naturellement les marnières sont creusées de la main de l’homme.

Le marnage est une pratique très ancienne, connue dès l’Antiquité, indispensable au maintien de la fertilité des terres limoneuses du plateau, pauvres en chaux et en acide phosphorique.  C’est à partir du XVII° siècle que cette pratique connaît un essor important, à cause d’un édit de Colbert précisant les bienfaits de l’amendement calcaire. Ce n’est qu’en 1853 que la déclaration d’ouverture d’une marnière deviendra obligatoire, percer un puits pour extraire de la marne nécessite l’autorisation du Préfet et le versement d’une taxe c’est pourquoi toutes les marnières ne sont pas recensées  sur les  plans cadastraux de l’époque.

Un contrat est passé avec un marneur qui creuse un puits et des chambres d’extraction pouvant atteindre 20, 30, 40 ou 50 mètres de profondeur. Une fois la couche crayeuse atteinte, les marneurs exploitent la marne en creusant des galeries horizontales. Pour assurer la solidité des galeries, ils doivent conserver des piliers. En fin d’exploitation de la marnière, le puits est comblé, en partie haute, d’un enchevêtrement de branches qui sert de support à un bouchon maçonné. Pour identifier les marnières, un arbre est quelquefois planté au-dessus du bouchon. Certains ouvriers marneurs détruisent les piliers de façon à récupérer le maximum de roche. Cette pratique est à l’origine de l’instabilité de certaines marnières qui finissent par s’effondrer aujourd’hui suite aux infiltrations.

Dans les années 1950 l’exploitation des marnières prend fin. La marne extraite sur place est remplacée par d’autres amendements plus pratiques.